Le Nouvel An et l'astrologie chinoise


Comment fonctionne le calendrier chinois ?

Les Chinois ont adopté le calendrier grégorien depuis déjà plus d'un siècle, pour autant, le calendrier chinois reste toujours en vigueur. Il est utilisé comme repère pour les dates de fêtes traditionnelles chinoises. Et comme il est lunaire, il débute un jour de pleine lune, entre le début du mois de janvier et la fin de février. Il est aussi beaucoup utilisé dans l'agriculture bio raisonnée.
Plus précisément, le Nouvel An chinois tombe à la deuxième pleine lune, après le solstice d'hiver. Dans notre calendrier grégorien, en 2019, le Nouvel An chinois c'est fêté le 5 février et l'année d'avant, le 16 février.
Chaque mois du calendrier chinois commence toujours avec une nouvelle pleine lune. Il dure entre 29 et 30 jours. Avec douze mois lunaires, une année dure entre 348 et 360 jours. Le calendrier chinois doit aussi être en phase avec le mouvement de la Terre autour du Soleil, soit 365 jours. Ce calendrier lunaire ne comporte donc pas assez de jours par rapport au mouvement Terre-Soleil. Afin de conserver un calendrier chinois en harmonie avec le cycle des saisons, un treizième mois est ajouté à certaines années.

Astrologie et signes chinois

Contrairement à l'astrologie occidental, l'astrologie chinoise suit un cycle lunaire de 12 années. Un animal correspond à chaque année, au total 12 animaux et donc 12 signes astrologiques chinois.
Mais à l'instar de l'astrologie occidental, une interprétation est donnée à chaque signe du zodiaque et ceci permet de donner un aspect général du caractère des natifs de chaque signe.
Dans l'ordre, il y a : le Rat ou Souris - le Buffle ou Boeuf - le Tigre - le Lièvre ou Lapin - le Dragon ou Lézard - le Serpent - le Cheval - la Chèvre, Bouc ou Mouton - le Singe - le Coq ou Phénix - le Chien - le Cochon, Sanglier, Eléphant ou Porc. Dans certains pays, le Boeuf remplace le Buffle et c'est ainsi pour d'autres animaux.

Mais pourquoi ces animaux ?
Une légende raconte comment les animaux furent sélectionnés et comment fut déterminé leur ordre dans l'astrologie. Ce choix s'est fait grâce à une course organisée par l'Empereur de jade, le chef des dieux, et de Bouddha.
Le Porc arbitre et les incidents se multiplient à cause de son inaptitude. le Rat a été plus malin que les autres pour arriver en tête de l'astrologie chinoise : le Boeuf, bien sympa, a transporté le Rat entre ses cornes pour traverser une rivière. Mais au moment de toucher la rive, le Chat a sauté à terre, passant devant le Boeuf. Ainsi il aurait pu devenir le premier des signes du zodiaque. Sauf que le Rat n'aimait pas le Chat. Et l'Empereur de Jade avait chargé le Rat de convoquer les animaux pour la sélection officielle des signes du zodiaque. Le Rat trahit le Chat en ne le réveillant surtout pas pendant sa sieste, et fût absent de la cérémonie. Un seul animal mythique est présent parmi ces douze signes, le dragon. Il symbolise la paix et se révèle être l'un des petits préférés dans la culture chinoise.

Les signes

Le Rat :
Fin gourmet et amateur de bon vin, le Rat est un bon vivant. Sa qualité : son inventivité, qui fait de chaque jour un nouveau jour. Mais si sa famille profitent avec bonheur de l'amour infaillible que le Rat lui porte, c'est individuellement qu'il agisse dès que le Rat sort de son foyer.
Côté relation : magnétique et charmeur, le Rat laisse planer le mystère autour de lui. Les relations du Rat, souvent calculées, finissent généralement en amitié sincère. Fidèle en amour, il évolue au centre d'un cercle restreint de proches, triés sur le volet. Autour de cette cellule gravitent des personnes dont il sait se servir, au besoin, pour parvenir à un objectif précis. La manipulation est un art que le Rat pratique adroitement, sans aucun scrupules.
D'une nature méfiante, le Rat cultive le secret sur sa vie et attaque toujours le premier lorsqu'il se sent menacé. Sa susceptibilité supporte mal la moquerie et les reproches et il en faut peu pour le rendre agressif. Son défaut : son cynisme, il est caustique.

Le Boeuf :
Le Boeuf avance dans la vie avec détermination et bon sens. C'est une personne solide, une force tranquille, sur laquelle on peut compter. Ses qualités humaines ne manquent pas. Le Boeuf privilégie les travaux au grand air, les maison à la campagne, le respect des traditions. Il aime la nature.
Le Boeuf est intègre, honnête, loyal, fidèle et droit. Sérieux et rigoureux, aucun travail ne l'effraie. Quant le Boeuf prend une décision, il ne revient jamais dessus. Le Boeuf cache ses émotions et ses sentiments, notamment amoureux, par peur d'échec. Il n'est pas très diplomate et exprime sa pensée sans détour. La solitude ne lui fait pas peur et il la préfère aux soirées mondaines.
Si on agresse un Boeuf, il fonce tête baissée, toutes cornes dehors pour embrocher l'ennemi. Malheur à celui qui le menace ou le blesse, très rancunier, il n'oublie jamais un visage ou un nom, même des années après. Mauvais perdant, le Boeuf ne supporte pas l'échec.

Le Tigre :
Optimiste et courageux, jamais le Tigre ne se laissera abattre. Le Tigre a la rage de vivre et les dents qui rayent le plancher. Ce n'est pas la fortune qui le motive, mais le désir d'aventures passionnées et de défis impossibles. Cyrano de Bergerac manquerait presque de panache face à un être aussi haut en couleurs que vous. Rien ne l'arrête, ni dans l'excentricité, ni dans le danger. L'impulsivité décide de toutes ses actions. Le Tigre obéit à son coeur plus qu'à sa raison.
L'enthousiasme téméraire du Tigre motive les autres. On le suivrait au bout du monde, rien que pour croquer une part de ses rêves les plus fous. Cette extravagance s'accompagne d'un brin de dirigisme : le Tigre aime que l'on lui obéisse sans broncher. Gare aux réfractaires, ils pourraient bien se prendre un vilain coup de griffe. Excessif en tout, son comportement trahit la force de ses émotions : la passion et la colère participent à sa vie de tous les jours. Et si l'on cherche à le mettre en cage, il devient fou et rugis à s'en décrocher la mâchoire. Imprévisible et peu sécurisant, aventurier insatiable, le Tigre construis sa vie au gré des hasards et des opportunités, saisissant avec une audace qui frise parfois l'inconscience toutes les chances qui s'offrent à lui.

Le Lièvre :
Vif mais tranquille, pacifique mais réaliste, le Lièvre utilise son intelligence pour s'aménager un coin douillet tel qu'il l'aime, sans désordre, ni querelle, ni angoisse. C'est en fin diplomate que le Lièvre évolue en société, avec courtoisie et élégance, ce qui charme son entourage. Le Lièvre est calme, de bonne humeur, écoute les autres et attire volontiers les confidences. Pourtant, il pense que chacun doit résoudre seul ses problèmes et ne s'implique que contraint dans ceux des autres. Le tumulte des émotions et l'effusion des sentiments l'effraient tant son aspiration au calme prime en tout. Erudit et esthète, le Lièvre adore se plonger dans les livres et les longues soirées au coin du feu.

Le Dragon :
Souverain dans son royaume, le Dragon aime ce qui brille. Tel le Dragon mythique et fougueux, il adore affronter l'adversaire, prêt à relever tous les défis, à partir à la conquête du pouvoir, à terrasser les obstacles. Il laisse la terre brûler après son passage. Le Dragon aime voir la vie en grand et ne supporte pas le manque d'ambition de la part de son entourage. Grand ordonnateur de la pluie et du beau temps, et par sa force de persuasion, on lui doit l'admiration lorsqu'il agit, le respect lorsqu'il parle, la soumission lorsqu'il ordonne.
Si par hasard le Dragon rencontre des échecs, il ne s'avoue jamais vaincu. En guerrier inassouvi, il se relève plus fort, plus invincible après chaque blessure. Exigeant envers les autres, le Dragon est plutôt indulgent envers lui-même. Un rien de mégalomanie et un brin de narcissisme ... rare sont les Dragons qui reconnaissent leurs défauts !

Le Serpent :
Si le Serpent a su faire perdre la tête à Eve, avec beaucoup de maîtrise et de patiente, il saura envoûter plus d'une personne. Terriblement séducteur, raffiné et drôle, le Serpent brille en société par son intelligence et son esprit. Il est admiré en Chine pour sa sagesse.
Le Serpent se montre réservé ou silencieux la plupart du temps dans les conversations, préférant le cheminement de sa pensée intérieure au bavardage ambiant. Animal à sang froid, le Serpent adore intriguer et jouir de la vie en se préservant toutefois de grandes plages de paresse.
Le Serpent a la capacité de réaliser en quelques heures ce que d'autres mettraient des journées entières à faire. Lorsque le Serpent a commencé, son efficacité est redoutable. D'autant plus qu'il ne dépend souvent de personne et avance à son rythme, plus vite que la moyenne. Le Serpent ne sait pas dire "non".
Non dénué de venin, le Serpent poursuit son ennemi de piques acerbes et ne le lâche qu'une fois sa vengeance assouvie. Il vaut mieux être son ami...

Le Cheval :
Le Cheval est un animal fougueux. Il est le symbole de tous les bonheurs en Chine. Vivace, loyal, d'une élégance racée, le Cheval est mondain, à l'aise dans la haute société et un habile parleur. Il est très doué en affaire et possède un bon sens de la négociation.
Mais le Cheval manque de confiance en lui. Il a peur de l'échec mais foncera au galop s'il est assuré de gagner. Il lui arrive plus souvent de contourner les obstacles que de les sauter. Toujours cette crainte d'échouer qui le paralyse. Son dynamisme le rend impatient et il ne supporte aucune paresse. Les plans à long terme ne l'attire pas, trop vite démotivé.

La Chèvre :
son idéal ? Se faire entretenir ! Travailler l'ennuie, paresser la ravit ! La Chèvre est une artiste dans l'âme, dotée d'un caractère doux et pacifique, qui provoque la sympathie. En esthète avertie, elle aime fouler de ses sabots les endroits les plus branchés. La Chèvre rêve de vivre sous la protection d'un mécène prodigue qui laisserait ses talents créateurs s'épanouir hors de toute contingence matérielle. Si les travaux manuels l'attirent dès qu'ils touchent à l'art, les tâches de la vie quotidienne la dégoûte.
L'univers imaginaire dans lequel la Chèvre évolue est très loin de la réalité. Elle cherche la personne qui s'occupera d'elle, décidera à sa place, la flattera et l'amènera chaque jour sur un pré où l'herbe est verte et soyeuse. Dès que la Chèvre redescend sur terre, elle fait preuve d'un pessimisme noir, d'un entêtement terrible et elle peut se montrer capricieuse et boudeuse. En plus, la Chèvre est une proie facile !
En cas de conflit, la Chèvre baisse la tête en attendant que la tension disparaisse. L'idée d'enfourcher son adversaire à coups de corne ne lui traverse même pas l'esprit. Elle gagne la plupart du temps car sa persévérance et son charme naturel la rendent très attachante.

Le Singe :
De tous les animaux du zodiaque chinois, le Singe est le plus intelligent. Les facéties, la finesse et la ruse lui permettent de se sortir indemne des situations les plus délicates. Particulièrement à l'aise en public et dans les soirées où fraye le beau monde, le Singe charme, étonne et divertit son audience par des grimaces et des histoires d'une drôlerie irrésistible. Excellent sens de l'humour, très blagueur, c'est avec une lucidité détonante que le Singe rit également de lui-même.
Son caractère de joyeux pessimiste s'adapte facilement au contexte, non sans une certaine rouerie. Face à un adversaire "gros bras", le Singe use de bassesses, de flatteries et parvient à l'embobiner pour le mener où bon lui semble. Son habilité dans l'art de la manipulation n'a pas d'égal et le Singe joue volontiers la comédie pour amadouer son entourage. Larmes de crocodile et mensonges éhontés font partie de sa panoplie quotidienne. Si le Singe se fait prendre la main dans le sac, il a l'élégance de reconnaître ses erreurs et le don de se faire pardonner.
Le Singe saute de branche en branche, de problème et problème, avec une inconstance fantasque qui frise la puérilité. Difficile de le faire tenir en place. Mais derrière ses mimiques et ses gesticulations se cache un vieux singe que les Chinois nomment le Sage.

Le Coq :
Dans la tradition chinoise, le Coq, avec sa crête rougeoyante, effraye les mauvais esprits. Ainsi protégé, le Coq s'exhibe avec fastes dans la société. Amateur de médailles, assoiffé d'honneurs, il aime être flatté et déteste être critiqué. Dandy extravagant et curieux de tout, le Coq se pavane en beau parleur et adore trôner au milieu de la cour. Si les regards ne se tournent pas vers lui, il déprime. Le Coq vit dans le paraître plus quand dans l'être. Son souci du détail et son perfectionnisme le pousse parfois à oublier l'essentiel.
Sa qualité première est la franchise. Le Coq dit toujours ce qu'il pense, quitte à blesser ses proches. Pourtant, c'est avec une pudeur extrême qu'il dissimule ses réels sentiments car le Coq ne supporte pas que l'on s'immisce dans ses affaires.
Toujours plein d'énergie, le Coq aime l'action. Ami loyal et courageux, il n'hésite pas à attaquer pour défendre ses proches, même si le combat semble perdu d'avance. profondément conformiste, le Coq respecte les règles, quoi qu'il advienne.

Le Chien :
Le flair et la loyauté du Chien lui attribue une intuition brillante et de solides amitiés. Fiable et fidèle, le Chien est foncièrement humain et on peut toujours compter sur lui. Le Chien avance dans la vie avec une logique matérialiste et un sens développé de l'honneur. Philosophe et discret, l'injustice lui hérisse le poil et il lutte sans relâche contre la malhonnêteté et l'oppression.
Gare à ceux qui se trouve sur la route du Chien, car ses crocs sont mordants et ses aboiements stridents. Volontiers incisif, il cultive un art poussé du cynisme que sa nature pessimiste alimente sans cesse. Ce réalisme lucide lui permet de remonter la pente rapidement. Rien n'étonne le Chien, et surtout pas le pire. Sa confiance dans la bonté des hommes est très relative et il a tendance à se méfier des personnes qui lui sont étrangères. Mais si l'on conquiert son coeur, le Chien est un ami formidable.
Le Chien aime batifoler dans la campagne, passer des soirées au coin du feu, plonger le nez dans ses bouquins. Dans cet univers clos où règne l'affectif, le Chien se montre volontiers un compagnon excentrique et agréable à vivre.

Le Cochon :
Honnête et droit, le Cochon avance dans la vie comme un bulldozer tranquille. Le Cochon est hostile à l'hypocrisie, au mensonge et aux comportements artificiels. Si il arrive au Cochon de faire une chose blâmable, il culpabilise longtemps. Pour ses amis et sa famille, le Cochon se montre généreux et serviable. Parfois même un peu trop car il ne sait pas dire "non". Mais sous l'apparente bonhomie du Cochon se cache une détermination farouche à faire respecter sa loi. C'est en solitaire que le Cochon prend des décisions et en solitaire également qu'il assume ses échecs, sans rejeter la faute sur les autres. En cas d'hostilité, le Cochon se replie sur lui-même en attendant que l'orage passe. Les éclats de voix, les bagarres et les rapports de force l'insupporte. Derrière une apparence débonnaire, le Cochon dissimule une grande timidité et une sensibilité à fleur de peau. Son goût du plaisir font de lui un expert en amour, surtout physique !

Commentaires

Articles les plus consultés